• CHARLES BRILLET

DES MÉDECINS VEULENT FAIRE PAYER LES OUBLIS DE RENDEZ-VOUS

Plus de 28 millions de consultations ne seraient pas honorées chaque année, soit 40 minutes de perdues par jour et par médecin en France.



" Le phénomène des no-show s’amplifie vis-à-vis des restaurants, des médecins ou des agences d’assurances et immobilières que nous accompagnons. Nous avons enregistré sur nos actions de développement commercial une augmentation des rendez-vous non honorés de 20 % depuis le début de l’année. Faire payer un consommateur pour un rendez-vous parait illusoire à l’ère d’une concurrence digitale. Offrir un service différenciant, orienté expérience client, nous parait être la solution. Une remise en question du parcours client, horaires et accueil sont la priorité, au risque d’assister à une désaffection des agences bancaires, immobilières ou d ‘assurances." Charles Brillet


C’est un phénomène en augmentation qui agace les médecins : de plus en plus de patients ne viennent pas aux rendez-vous programmés. Un véritable paradoxe alors que les délais pour consulter un praticien augmentent et que les services d’urgence sont saturés, explique BFMTV. En tout, chaque année ce sont 28 millions de rendez-vous qui ne sont pas honorés, soit 40 minutes de perdues par jour et par médecin.

Une situation qui a poussé le syndicat de l’Union française pour une médecine plus libre (UFML) à réagir. L’organisme a lancé une pétition en ligne sur le site Change.org pour autoriser les praticiens à facturer les patients qui ne viennent pas à leur rendez-vous. "Au regard de la progression du nombre des rendez-vous non honorés, il est urgent de mettre un terme à ce qui apparaît comme une dérive consumériste du soin qui impacte chaque jour l’organisation du soin et l’activité des médecins de ville et retentit sur celle des urgences hospitalières", explique le syndicat.

Des patients blacklistés

Le but de la pétition est d’obtenir un avenant au code de santé publique, qui interdit aujourd’hui la facturation d’honoraires si aucun acte médical n’est réalisé. "C’est de plus en plus difficile de trouver un médecin, et ces rendez-vous manqués auraient permis à d’autres patients d’avoir accès aux soins", explique à BFMTV Jérôme Marty, président de l’UFML. Car selon lui, l’étourderie n’est pas une excuse valable pour les oublis de rendez-vous, surtout lorsque celui-ci a été pris via Doctolib. La plateforme envoie en effet un SMS de rappel la veille de la consultation.

Face à ces "lapins" de plus en plus nombreux, les médecins ont déjà pris des mesures et certains blacklistent les patients qui ne viennent pas à leur rendez-vous sans prévenir. Le but n’est pas "de combler le manque à gagner que représentent ces rendez-vous", précise Jérôme Marty qui explique que "l’argent recueilli servira à alimenter un fonds pour lutter contre les déserts médicaux".


20 euros le "lapin"

La pétition a déjà recueilli 1.245 signatures et l’UFML table sur 10 à 15.000 médecins signataires d’ici quatre à cinq mois. Un chiffre que le syndicat estime suffisant pour aller présenter sa proposition aux acteurs de la santé publique : l’Assurance maladie, les syndicats de médecins représentatifs et l’État. La démarche a toutefois peu de chances d’aboutir, car "il y a un plafond de verre qui fait que dans le domaine médical, on n’ose pas avoir une relation de sanction", estime Jérôme Marty.


Source CAPITAL / ANNICK BERGER PUBLIÉ LE 05/10/2019 À 10H59

Boostcall est une solution globale d'accompagnement business  : prospection téléphonique b2b, team building, BoosterCamp.

Restons connectés, rejoignez-nous sur :
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Facebook Social Icon

2019 - BoostCall SL - Tous droits réservés -  MADRID - BARCELONA - NICE  - email : contact@boostcall.fr

Boostcall est une solution globale d'accompagnement de votre stratégie : coaching et formation, audit stratégique.